Sélectionner une page

Comme nous le savons, notre alimentation a un impact énorme sur la planète et est fortement responsable du réchauffement climatique à cause de notre sur-production et sur-consommation.

L’agriculture représente près de 30% des émissions de gaz à effet de serre mondiales, les pesticides et engrais utilisés pour faire pousser nos aliments provoquent de nombreuses pollutions et affectent largement les écosystèmes.

Je vous laisse découvrir les 10 solutions pour éviter les aliments les plus nocifs.

 

 

 Des solutions à adopter

Le sucre

Le sucre est ce qui est le plus consommé sur notre planète. On en trouve partout, partout, et partout. Le pire, c’est que la culture de la canne à sucre est la plus nocive pour la planète.

Par année, on produit à peu près 150 millions de tonnes de sucre dans le monde.

Sa culture requiert énormément d’eau et de pesticides : ce qui provoque l’érosion des sols et l’appauvrit de ses minéraux.

En plus, c’est addictif, il suffit de regarder notre comportement lorsqu’on ouvre une boite de bonbons.

Des solutions ?

  • Remplacer le sucre par le miel, dans les gâteaux par exemple. J’ai essayé. Je vous assure qu’on ne sent même pas la différence !
  • Quitte à consommer du sucre, autant que ce soit du sucre de canne.
  • Faites très attention à ne pas remplacer le sucre par l’aspartame ! (Par exemple, toutes les boissons « light ».)

En tout cas, ne paniquez pas, vous trouverez du sucre à l’état naturel dans vos fruits et légumes.

Le café

Je sais ce que vous pensez… Le café, c’est une routine. Le café, c’est une tradition. Le café, c’est MisterBean au bureau et café Grand-mère à la maison.

Le café réduirait le risque de cancer de la prostate, du foie, du rein et du côlon, le risque d’arythmie cardiaque et les problèmes pulmonaires. Mais encore faut-il savoir le choisir…

Le petit arbre tropical (le céfeier) qui nous donne nos grains de café pousse sous un climat chaud et humide. Ce petit arbre exigeant a besoin d’être à l’ombre d’autres arbres plus grands. Mais pour arriver à une production plus intensive et facilitée, les producteurs n’hésitent pas à retirer les arbres qui font de l’ombre à nos caféiers et à les remplacer par des pesticides. 

Des solutions ?

  • Optez pour du café bio et équitable en vous aidant des labels.
  • Plus le café est torréfié, plus il est bon pour la santé : un café plus noir est aussi plus riche en antioxydants.

L’huile de palme

L’huile de palme se trouve dans les produits industriels sucrés comme les pâtes à tartiner (Nutella, bien sûr), les boites de gâteaux ou les barres chocolatées par exemple.

Cette huile est prisée pour sa rentabilité et elle est la cause de nombreux maux :

  • Déforestation
  • Pollution
  • Dégradation et érosion des sols
  • Emission des gaz à effet de serre

Les graisses saturées de l’huile de palme augmentaient même le risque de cancer du sein, de maladie d’Alzheimer et de maladies cardiovasculaires.

Deux études américaines de 2008 et de 2010 ont montré qu’entre 1990 et 2005 plus de 50% de l’expansion des palmeraies de Malaisie et d’Indonésie s’est faite au détriment des forêts.

Les palmiers à huile sont essentiellement cultivés en Indonésie. Or c’est là que se trouvent les dernières populations d’orangs-outans.

 

Des solutions ?

  • Il existe de nombreux produits sans huile de palme, il suffit juste de regarder les étiquettes lors de vos achats.
  • Boycottez tout ces produits qui en contiennent, car un produit non acheté = un produit retiré de la vente !

Le chocolat

Sachez-le, je suis tout aussi triste que vous.

En quoi le chocolat est-il nocif pour la planète ?

Le cacaoyer demande énormément d’eau. Il faut plus de 2400L d’eau pour obtenir 100g de chocolat (soit l’équivalent d’environ 7/10 d’une tablette de chocolat.)

Ces dernières années, avec l’augmentation incroyable de la demande de cacao, les prix ont décollé. De ce fait, de plus en plus de petits producteurs se mettent au cacao, abandonnent leurs cultures traditionnelles, et surtout, détruisent les forêts équatoriales afin de pouvoir planter le cacao. Encore une fois, qui souffre de nos petits plaisirs ? Les animaux non-humains et principalement les orangs-outans.

En plus de ça, le chocolat industriel (Milka, Kinder…) a subi des dizaines de transformations avant d’arriver entre vos mains : fermentation, torréfaction, broyage, ajout de lait, de graisses végétales, de sucre ou de lécithine de soja et autres texturisants.

Des solutions ?

  • Evitez le chocolat industriel, achetez des produits bio, équitables. 
  • Les artisans chocolatiers s’associent parfois à des petits producteurs pour fabriquer leur chocolat.

Les solutions les plus simples à adopter

La viande

Il est évident que je mentionne la viande dans cet article.

La consommation de chair animale a été multipliée par 5 depuis 1950 dans le monde.

Plus de 65 milliards d’animaux non-humains meurent par année afin de satisfaire nos plaisirs personnels.

Il est temps de changer nos habitudes. L’élevage est la 1ère source de gaz à effet de serre (bien loin devant les transports, vous vous rendez compte ?).

D’ou vient cette pollution ?

Elle provient principalement de la manière dont les animaux destinés à l’abattoir sont nourris. Céréales, dérivés de soja…

Des solutions ?

Le poisson

La consommation de poisson a explosée ces dernières années, l’aquaculture est devenue intense.

Le poisson préféré des français est le plus nocif pour l’environnement. Il faut 3 kg de poissons sauvages ou de protéines animales pour faire 1 kg de saumon d’élevage. Les antibiotiques et produits chimiques utilisés dans la production se répandent dans l’eau et contaminent la biodiversité alentour. Pas très écolo. La sur-pêche détruit vraiment les océans.

Diminuer sa consommation d’animaux non-humains est un enjeu crucial si on souhaite sauver notre planète.

Des solutions ?

Des solutions évidentes

Le soja

Les fruits et légumes industriels

Le soja, c’est 330 millions de tonnes de graines qui sont produites par année, dans le monde.

Son utilisation est diversifiée :

  • Le soja est utilisé afin de produire de l’huile pour l’Homme (30 millions de tonnes par an)
  • Il nourrit le bétail dans les élevages intensifs
  • Il produit des aliments comme le tofu.

En plus de contribuer à la déforestation, le soja pose d’autres problèmes pour l’environnement :

La production d’huile de soja nécessite l’utilisation de processus industriels lourds, de quantités importantes de solvants chimiques qui peuvent contribuer à des pollutions locales et produisent des gaz à effet de serre.

Des solutions ?

  • Comme beaucoup d’autres aliments, une sur-consommation est mauvaise.
  • Essayez au mieux de diversifier votre alimentation.

Il est nécessaire de ne plus acheter de fruits et légumes dans les supermarchés ou autres.

Evitez d’acheter des fruits et légumes qui ne sont pas de saison.

Les pêches, bananes, mangues, dattes, salades, tomates, fraises… consomment bien trop d’eau. Il sont bourrés de pesticides, d’engrais, fertilisants. En plus, vu qu’ils sont achetés hors saison, leur prix est excessivement cher.

Des solutions ?

Consommer des fruits et légumes de saison, tout simplement.

Le riz

Le riz est une céréale qui, à cause de la pollution, contient beaucoup d’arsenic. L’arsenic est un élément toxique présent naturellement dans notre environnement. Il est divisé en deux groupes : l’arsenic organique et inorganique. L’inorganique étant le plus toxique. Pour un certain nombre de raisons, le riz peut accumuler une quantité importante d’arsenic inorganique (la forme la plus toxique) de l’environnement.

Il pénètre facilement dans la chaîne alimentaire et peut s’accumuler en quantités importantes dans les animaux et les plantes, dont certains sont consommés par les humains. En conséquence des activités humaines, la pollution de l’arsenic a augmenté.

En plus de tout ça, pour produire 1kg de riz, il ne faut pas moins de 3400L d’eau !

Les conséquences de sa culture ? Une irrigation intensive qui va se traduire par l’érosion prématurée des sols, et un épuisement de la nappe phréatique dans certaines zones du globe ! Ce n’est pas tout : sa culture occasionne, par an, 100 millions de tonnes de méthane (gaz à effet de serre).

Des solutions ?

  • La teneur en arsenic du riz peut être réduite par le lavage et la cuisson du riz avec de l’eau propre à faible teneur en arsenic.
  • Le riz basmati et jasmin, sont plus faibles en arsenic.
  • évitez le riz qui est cultivé pendant la saison sèche. L’utilisation de l’eau contaminée par l’arsenic est plus fréquente durant cette période.

L’eau en bouteille

Pour produire 1 bouteille en plastique d’1L, il faut 3L d’eau ainsi que 33 cL de pétrole. Et oui.

Saviez-vous que :

50 milliards de bouteilles d’eau sont vendues dans le monde par an, ce qui équivalent à 1 millions de voitures faisant un plein d’essence.

Les experts du secteur estiment que 80% des bouteilles en plastiques vendues dans le monde ne sont pas recyclées. D’innombrables bouteilles finissent donc comme déchets dans les milieux naturels et contribuent à la pollution des milieux naturels et notamment de l’océan.

L’Homme est décidément très doué pour la destruction.

Des solutions ?

  • Hum. Je ne sais pas. Avez-vous l’eau courante chez vous ?

Il est crucial de bien savoir d’ou proviennent vos aliments avant de les acheter. De touts petits gestes peuvent faire une énorme différence si nous agissons tous ensemble. Alors laissez tomber Carrefour et Auchan, foncez à la BioCoop !

 

03d4a4d97b3a480a06a7f8d517e4b5be55555555555555555555555555